Histoire de la Suzuki GS .... jusqu'au R

C'est le comptoir AirHuile, on y parle de tout et de rien avec une préférence pour les bécanes mais toujours avec humour !
Répondre
Avatar du membre
Shan
Membre expert
Membre expert
Messages : 1914
Enregistré le : 04 juin 2015, 15:29

Histoire de la Suzuki GS .... jusqu'au R

Message par Shan » 06 avr. 2019, 16:40

Le R qui change tout !


Image

En 1985, Suzuki frappe fort : avec la GSX-R 750, le motard lambda accède à une véritable machine entièrement dérivée de la course. Il faut dire que pour la modique somme de 42500 F, le motard d’alors s’offrait à la fois un pedigree (à peine arrivée sur le marché, la GSX-R écrit sa légende en remportant les 24 Heures du Mans en avril 1985) et de la haute couture : un cadre et un bras oscillant en aluminium, vus jusque là comme des matériaux réservés à la compétition (contrairement à une croyance tenace, ce n’est pas la première moto de l’histoire dotée d’un cadre alu, elle a été précédée par le Suzuki 250 RG de 1983 et la GSX 400 liquide de 1984), la puissance incroyable pour une 750 cm3 de 100 chevaux, 230 km/h chrono, 11,3 secondes aux 400 mètres départ arrêté. Et surtout, un poids à sec de 176 kilos : quelle prouesse, lorsque l’on réalise que jusque là, une « réplica », c’était une Honda VF 1000 R de 270 kilos.

Il faut reconnaître que Suzuki n’avait pas ménagé ses efforts dans la chasse au poids : par rapport à une GSX 750 ES, qui se trouve avant elle dans la généalogie, les roues sont plus légères de 20 %, le cadre acier composé de 96 éléments laisse la place à un cadre en aluminium ne faisant appel qu’à 26 morceaux différents, et qui ne pèse que 8,1 kilos, soit au bas mot 5 de moins. Le bras oscillant, en aluminium lui aussi, ne pèse que 1,8 kilos. Le moteur a perdu 20 kilos, en n’en affichant que 73, grâce à l’utilisation, entre autres, d’un couvre culasse en magnésium. Et Suzuki innove à nouveau avec le SACS, le Suzuki Advanced Cooling System, un refroidissement mixte air / huile, une technologie certes ancienne (brevetée par Rolls Royce en 1924 pour les moteurs d’avion), qui nécessite un gros carter d’huile (5,5 l) et fait appel à deux pompes à huile, une pour la lubrification, l’autre pour le refroidissement, d’un débit de respectivement 50 litres et 40 litres par minute. Ce moteur, extrêmement solide, pouvait sortir jusque 130 chevaux en compétition.

Avec la GSX-R, Suzuki peaufine son identité là où ses concurrents produisent des 750 consensuelles (Honda VFR, Kawasaki GPX, Yamaha FZ). Et surtout, le SACS aura une belle carrière sous bien d’autres formes, tandis que les GSX-R évolueront, laissant quelques belles pièces dans l’Histoire, mais aussi quelques ratés (les dernières évolutions de 1100 liquides étaient de grosses dindes boursoufflées qui pesaient 250 kilos et qui étaient ridicules dans leur coloris fluo…).

SACS à tous les étages
A l’époque, Suzuki avait le coup de génie fréquent (hélas, ces fulgurances les ont quittés, on cherche un peu le retour…). Le moteur SACS va vivre d’autres et belles aventures dans le cadre des GSF : GSF, c’est pour Bandit. Bandit 400, Bandit 600, Bandit 1200. Dès le milieu des années 90 et pour une bonne décennie, la Bandit sera la machine à cash de la firme d’Hamamatsu ; puis à moindre frais et pour surfer sur la tendance naissante du néo-rétro, Suzuki relooke ses Bandit et en fait des Inazuma 750 et 1200.

Le SACS est simple techniquement, il est fiable et éprouvé, suffisamment puissant pour l’usage auquel il est destiné et les Bandit dureront longtemps au catalogue sans beaucoup évoluer, si ce n’est le passage au refroidissement liquide et une petite augmentation de cylindrée (650 et 1250) pour passer les nouvelles normes de pollution. Le temps, hélas, fait son effet : de turbulentes, les Bandit deviennent sage face à une concurrence qui aiguise ses propositions. Et la fulgurance quitte Suzuki : ils mettent 5 ans à réagir face au phénomène Z 750 et pondent, finalement, une GSR 750 qui se met au niveau sans vraiment faire de différence (si, elle tient un peu mieux la route et se révèle moins inconfortable). La GSR finit par s’affirmer et devient GSX-S, en 750 et en 1000. Retour à la case départ…

https://www.lamotoclassic.com/actualite ... -suzuki-gs

[wink]
Ride to the limit ...

Histoire de la Suzuki GS .... jusqu'au R

Publicité

Publicité
 

fred59
Membre chevronné
Membre chevronné
Messages : 838
Enregistré le : 11 mars 2013, 15:21
Localisation : 59 près de valenciennes

Re: Histoire de la Suzuki GS .... jusqu'au R

Message par fred59 » 06 avr. 2019, 18:27

je crois qu'ici tu préches des convertis. merci quand même [wink]
a mon sens, de ce que j'ai essayer jusqu'ici, rien ne peut remplacer un bon vieux R en A/H!
si immense est ton labeur et que mince sont tes résultats, sache qu'avant d'être grand, le chêne aussi fût un gland

Avatar du membre
L'Ours_
Membre confirmé
Membre confirmé
Messages : 257
Enregistré le : 04 déc. 2015, 14:56
Localisation : 74, sous le Salève
Contact :

Re: Histoire de la Suzuki GS .... jusqu'au R

Message par L'Ours_ » 06 avr. 2019, 18:30

Correction, la B4 c'est une bouilloire si je me rappel bien!

Et il manque des références aux GSX-F/G et autre non?

Mais dans l'ensemble, très bien écrit, et je valide: la folie Suzuki est passé où???

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités