Yamaha YZF R6 2003

Rubrique exclusivement dédiée à vos essais moto toutes marques/modèles confondus, photos, chronos...
A vos marques, prêt, gazzzzz...
Avatar de l’utilisateur
Alf
Modérateur
Modérateur
Messages : 2431
Inscription : 09 nov. 2004, 13:33
Localisation : Melmac

Yamaha YZF R6 2003

Message par Alf » 20 nov. 2018, 21:57

Encore un retour vers le futur, épisode 2...
VVvVvvvrrrooouuuummmmmmm flammes derrière les pneus de la Delorean accrochage au fil tendu en travers de la rue et c'est parti......

Nous voila donc fin mai début juin 2003....


Bonjour,
Les deux motos de la balade sont donc aujourd'hui :
- Un 600 Fazer qui nous sert de base de référence pour les tests.
- Un YZF R6 2003 dans sa livrée bleue.
- Deux potes.
.
Hier après midi température de l'air environ 27-28 °C, température de la piste heuuuuuu de la route parfaite.

La première partie du trajet me permet de suivre mon pote et d'observer que le R6 à succombé au système du feu arrière à diodes electroluminescentes, on aime on aime pas chacun ses gouts, toujours est il qu'au niveau visibilité lors des freinages c'est top (mais moins top que celui du 650 SV ou 1000 GSXR). Très rapidement mon collègue me refile le bestiau, a mon tour de "jouer".

Hop je monte Aïe Aïe Aïe je sens de suite que mon 1,83 mètre va devoir légèrement se contorsionner pour ne pas avoir des morceaux de g'noux, de coudes d'épaules qui dépassent dans tous les sens. c'est nez pointé vers le bas quand je prend appui sur les guidons.

Contact, l'aiguille de compte tour fait un bond jusqu'a la valeur maxi de 18500 tr/mn pour l'initialisation, ne pas chercher l'interrupteur de feux il n'y en à pas c'est code ou phare d'office, démarreur.
Ca s'ébroue gentillement sans faire de bruit et en avant Guingamp sur la petite route campagnarde, bien bosselée et pleine de virage aux rayons bien sérrés et pas toujours trop régulier un coup ça se referme un coup ça s'ouvre et ce qui est bien c'est que je la connais pas cette route.
L'injection fait son office y'a pas d'a coup à la reprise en sous régime sur les sortie de virage, le cadre deltabox en alu est extremement rigide le train avant et arrière ne se désunisent jamais, la machine sort bien des virages et il n'y a pas de coup de pied au c.ul surprise lorsqu'on essore en sortie de courbe (toujours l'injection qui masque les trous).
Pas de pompage des suspensions par contre je me fais claquer le fessier allègrement sur une selle pas bien épaisse avec une position qui, due à ma taille, n'est pas top.
En fait j'ai du mal à bien me caler en avant contre le réservoir parce que je me retrouve avec les bras et les jambes beaucoup trop plié ce qui me gène pour la maniabilité dans les virages sérrés, le problème c'est qu'en me reculant dès que le moment vient de taper dans la poignée de frein il faut résister à une loi physique très particulière qui s'appelle la loi du "ecrasus cacahouètus sur réservoirus" parce que ça freine fort.
Les passage virage droite gauche rapide se font bien mais aussi surprenant que ça puisse paraitre j'étais plus a mon aise avec la 1000 GSXR de 160 cv, il faut pousser plus fort sur les guidons pour faire l'exercice du passage d'un angle sur l'autre. Ne connaissans pas la machine je suis souvent en train de tricoter avec la boite de vitesse, mais de toute façon au fil des kilomètres je m'aperçois que c'est toujours pareil c'est décidément une machine de piste qui ne demande qu'a etre conduite dans les tours, au début les tours c'est rigolo, au bout d'un moment entendre brailler ça fatigue.

Arrivée en ville,
A partir de ce moment c'est le calvaire, fait chaud, à la sensation de température de mon gniack j'ai l'impression d'etre assis sur les échappement, j'suis tout plié en train de me casser les poignet.
Le thermomètre indiquent la T° d'eau se ballade entre 98 et 100 °.
D'ailleurs parlons du compteur,
a droite le gros compte tour affichant un maxi à 18500 tours et une zone rouge débutant à 15500 tours,
un bloc digital indiquant la vitesse avec un gros chiffre en dessous au choix un double trip, le kilométrage totale et par une manipulation dont je n'ai encore rien compris la possibilitée d'afficher l'heure.
Au dessus le thermomètre a affichage digital et encore au dessus un voyant shiftlight de couleur blanche qui s'allume quand vient le temps de changer de rapport de boite c'est çà dire qui s'allume jamais en ville et qui devrait jamais s'allumer sur route ouverte vu les belles lois actuelles.
Par contre pas de jauge, alors Mr Yamaha plutot que d'affubler vos machine de voyant qui servent à que dalle, feriez mieux dans la partie digitale d'y mettre une jauge qui couterait pas plus chere. (Je crois qu'il y a un compteur inversé quand vous etes en réserve mais bon au niveau anticipation c'est pas top).
Par contre meme sur un filet de gaz l'injection fait toujours sont office, pas d'a coup. L'ensemble n'apprécie pas outre mesure les arrets répétés aux feux et ça sent sérieusement le chaud qui pour se disperser vous inonde joyeusement la partie inférieur du corps. On fait se qu'on a à faire et nous voila repartis.
.
Tronçon de quatre voies voila venu le temps du comparatif avec le Fazer.
- vitesse de 120 km/h en 6, boudiou ça mouline quand meme j'ai 6500 d'affiché au compte tours CLAC rotation a donf de la poignée de droite et bien c'est le Fazer qui à l'ascendant sur le R6 tant que ce dernier n'a pas franchi la barre des 9500 tours vous voyez le Faz' qui vous gratte.
Bon ça demande des tours donc
- vitesse de 120 km/h en 5 RECLAC re rotation de la poignée de droite et encore le Faz' devant sur le début.
C'est clair qu'une valeur de couple maxi située au alentour de 12000 tours et bien en dessous 10000 y'a pas grand chose, un moteur qui tourne vite (très vite) rouler à 6500 tours à 120 km/h c'est 500 tours de plus que le Faz' et 1000 de plus que le Hornet par exemple. Allez voir mon essai du 650 SVN vous comprendrez tout de suite que n'importe quel possésseur du SV met se qu'il veut au R6 en reprise. C'est pas très compliqué pour gratter le Faz' en 6 eme faut rouler à 160.......

Bon pour rire, rotation a donf du poignet droit avec tétanisation ça monte vite, surtout dès la barre des 10000 passé ça monte très vite,
on ramasse les coudes, les g'noux, les épaules et la tete dans la bulle, le gros N° qu'indique 0 quand on est au feux rouge se transforme en 262 et y reste un bon moment, à cette allure les courbes de la 4 voies se prennent très bien, pas de mouvement de guidon ni de l'arrière de la machine on sent bien que y'a plus rien mais je reconnais que la bécane est neuve, après une bonne dizaine de milliers de bornes la barre des 270 doit etre jouable sans doute
.
Voilà voilà maintenant qu'en penser ?
Une machine qui est faite pour marcher fort dans les hauts régimes sinon vous vous faite piler par un roadster de base comme un Faz', une position qui s'apparente plus à celle d'un pistard qu'autre chose...
C'est d'ailleurs mon sentiment, on en tire quelquechose de bien sur un revetement de piste sans doute mais su la route de tout le monde c'est une autre chanson on se fatigue vite de se faire talonner l'arrière train et de jouer du sélecteur à se point.
.
C'est une bécane proportionnellement inversé aux nouvelles lois routières, avec ça faut se faire livrer un sac de 1500 points pour le permis parce que c'est un sacré jouet pour grande personne.
Bonne journée à toutes et à tous

Image
“Pour prendre une décision, il faut être un nombre impair de personnes, et trois c'est déjà trop.”
G.Clemenceau

Yamaha YZF R6 2003

Publicité

Publicité
 

Avatar de l’utilisateur
WADES
Expert confirmé
Expert confirmé
Messages : 4189
Inscription : 28 déc. 2011, 01:24
Localisation : Le nOOrd

Re: Yamaha YZF R6 2003

Message par WADES » 21 nov. 2018, 22:42

Sympa cet essai oldschool [thumbsup]
Au plus que tu y goûtes, au mieux que ça te goûte !

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité