Suzuki 1000 GSXR 2003

Rubrique exclusivement dédiée à vos essais moto toutes marques/modèles confondus, photos, chronos...
A vos marques, prêt, gazzzzz...
Avatar de l’utilisateur
Alf
Modérateur
Modérateur
Messages : 2141
Inscription : 09 nov. 2004, 13:33
Localisation : Melmac

Suzuki 1000 GSXR 2003

Message par Alf » 26 sept. 2017, 19:16

Pour faire rapide, j'ai fais un copier/coller d'un essai que j'avais publié ailleurs qu'ici du 1000 GSXR, j'ai modifié deux trois bricoles, mais l'essai et le post ont été établis en 2003, c'est pour cette raison que certains passages sont anachroniques.
A l'époque je n'avais pas fait de photo.

Ne vous gênez pas pour donner un avis sur le compte rendu de cet essai, si on doit faire ou ne pas faire certaines choses pour ceux à venir.

En 2003 je m'amusais bien à "broder" n'importe quoi... Bon un p'tit encore maintenant...


Allez... COPIER/COLLER

Back to the future Dr Emmet Brown...............................2003.... Entrée des données et c'est parti.


Bonjour,
Mise en place du scénario :
Essai d'une machine neuve sortie concession pendant trois heures en libre complet.

1,83 m c’est ma taille, petit détail que ne donnent que rarement les essayeurs pro et c’est bien dommage, effectivement nous n’avons pas les mêmes sensations quand on à 20 cm d’écart de taille.

Passons au brêlon,
Valeurs non mesurés personnellement.
Le modèle est donc un 1000 GSXR 2003 version libre qui fait sur le papier 164 chevaux DIN à 10800 tr/mn et une valeur de couple de 11.30 à 11.52 mKg à 8400 tr/mn suivant les lectures.
On flirte avec le rapport poids puissance de 1 pour 1 puisque la mignonne pèse 168 kg à sec.
Autre chose, toutes les personnes qui sont excédés par les excès de vitesse peuvent changer de sujet tout de suite parce que certains passages vont les énerver voir même les faire hurler. (vous comprendrez à la fin)

Position, visuel.
Hop en position, première bonne surprise, la selle n’est pas très épaisse mais elle réussie le tour de force d'être confortable, en gros vous n’êtes pas assis sur un gant de toilette.
On a bien la sensation d’être basculé vers l’avant normal pour une sportive, cependant avec un appui sur les poignets qui n’est pas plus important qu’un 750 GSXR de 1990 par exemple.
Le compteur est complet, gros compte tour bien lisible, bloc digital avec indicateur de vitesse, trip, heure , T° d'eau (Zut j'ai pas fait gaffe si y'avait une jauge), un amortisseur de direction est monté d’origine sur cette machine, le tout surplombé par une bulle qui à l’arrêt me paraît minimaliste.

VROUUMMMM
Contact, on entend le bruit de la pompe, le compte tour fait un bond sur toute sa zone, le digital s’initialise et le code s’allume puisque l’on ne peut pas l’éteindre de toute façon, c’est un avantage dans le sens ou on ne peut pas l’oublier, par contre ça va sans doute gueuler dans les petits matins glacial d’hiver ou une batterie un chouïa juste sera carrément out pour alimenter feu ET démarreur. Appui sur bouton de démarreur, la sonorité de la monte d’échappement d’origine me plait tout a fait, on entend bien que l’on a de la cylindrée qui se bouscule au portillon, p’tit coup de gaz a 2000 pour entendre et là aïe aïe aïe on comprend direct que va falloir dire « Môssieur » et « Vouvoyer » l’accélérateur parce que c’est pas 2000 que j’ai mis c’est 3500 et en moins de temps qu’il ne faut pour dire 3 de 3500.

Allez clac 1 ère ça force un peu mais c’est normal c’est neuf, filet de gaz et c’est parti, deuxième, première sensation agréable, je sais que je suis assis sur un missile air-air mais c’est parfaitement dosable.

1ere partie de roulage, la ville
Toute la première partie du parcours se fait en ville avec feux tricolores et files de voitures, à aucun moment on a l’impression que la machine va nous échapper, le couple est présent immédiatement sans à-coups, malgré la position de conduite sur l’avant cela ne pose pas de problèmes de maniabilité au ralenti.
Bon ce n’est quand même pas un rayon de braquage exceptionnel, mais comme il n’y a pas de soucis de poids c’est très correct pour une machine de cette catégorie.
On sort de la ville après un dernier feu.

2eme partie Pist… heu non... Route départementale
Enclenchement de tous les rapports sans tirer dessus, de toute façon toute tentative de jouer au kéké en 1ere est immédiatement puni par un délestement complet de l’avant et j’ai pas envie de vérifier qui de mon dos ou du goudron sera le plus fort, 2eme pareil, on remercie Mr Suzuki d’avoir monté un amortisseur de direction ça stabilise bien les levées de fourche.
J’enquille tous les rapports quasiment sans accélérer, 2000 tours en 6eme c’est pas du tout un soucis pour l’engin, j’enroule pour voir, la mécanique part avec une onctuosité très agréable.
Redescente des rapports jusqu’en 3, maintenant même chose avec plus de gaz, alors là boum c’est la grosse catapulte, passage de 4 aucun temps mort re-boum,
5 oooooooooooooooooh pu……….tain…… comme dirait le JBT
C’est pas compliqué ça vous tracte tout le temps et vous faites pas le malinois quand vous passez le rapport supérieur parce qu’à chaque fois vous avez les avants bras qui rallongent de 20 cm en un demi centième de quart de seconde.
Petite route à virages, une super maniabilité dans les enchaînement, aucune lourdeur on réalise l’association de la légèreté de la bécane et de sa puissance, les prises d’angles se font sans chute de la machine en cours de courbe elle va ou on regarde les adeptes du sortage de g’noux se régaleront, pas de soucis sur de la dégradation de revêtement en pleine courbe c’est du rail, il faut surtout toujours avoir en tête de ne pas ouvrir les gaz en grand en sortie de virolo en 2 ou 3 sinon les 40-50 mètres qui vous séparent du suivant se transforment brutalement en 40-50 cm.
On passe sur un tronçon gravillonné non signalé, oui ça va bien, ça freine aussi bien que cela accélère sans changer de cap mollo mollo mollo sans encombre c’est souple quand on veut.

Maintenant plus de virages c’est ligne droite taillée au cordeau avec grandes montées et grandes descentes, on va pouvoir envisager du plus gros gaz.

Décollage en 3eme, on se cramponne au guidon comme une bernique à son rocher et encore c’est tout juste suffisant, compte tour jusqu'à 11000 passage en 4 essorage et là vlan j'ai complètement relaché l’accélérateur sur la reprise…
Pourquoi me direz vous ?
Et bien j'ai franchement eu la sensation que de toute façon je ne tiendrait pas sur la machine. Je recommence a partie de 4, clac 5eme gazzzzzzz, clac 6eme le tout sans regarder le compte tour, au bruit et à l’appréciation de l'accélération c’est extrêmement violent et je pense avoir utilisé quoi... 60-70 % de la capacité réelle d’accélération du moulin.
Les montées en régime sont comparable a celle d'une hypersportive de 600 cm3 sans inertie moteur, couple en plus, c’est une envolée jusqu'à 8000 et après la puissance parle.

Arrivé en sommet de dernière cote avant l’arrivée tranquillou en 6 à 120-130 km/h après un gros pilage, la machine freine très fort et reste parfaitement en ligne, la limite est organique et pas mécanique (comprenez que les bras lâcheront avant les freins) allez une ch’tite dernière bourrinade pour le plaisir,
Essorage c’est reparti descente-montée, j’ai parcouru peut être 300-400 ml le compteur affiche 250 au milieu de la montée j’arrête d’essorer ce n’est pas sérieux quand même, (le temps de le penser j’ai du prendre 10 km/h).
Sensations physique :
-L’appui sur les poignets se fait quand même sentir au bout d'un moment.
-Pas de problème pour l’assise, la selle confirme ma première bonne impression.
-la bulle qui me paraissait minimaliste est en fait très bien, elle dirige l’air en latéral et un peu au dessus du casque pour peu que l’on se penche passé les 160.
-Par contre mes grandes pattes n’ont pas été à la fête, les genoux se retrouve au niveau d’une arête de réservoir et c’est pas terrible du tout, j’étais obligé de reculer mes pieds sur les cale pieds très loin du sélecteur et de la pédale de frein lors des grosses accélérations sans pour autant pouvoir bien encastrer mes gambettes dans la forme de la moto.
Voilà, c'est une machine extraordinaire que vient de sortir la firme Suzuki, j’ai été long et encore cet essai alimentera certainement des discussions entre collègues.

Par contre le poignet droit devra éviter la crampe subite sur les premiers rapports sinon la punition sera très violente et sans appel.
Et pour finir j’espère pouvoir avoir l'occasion de la reprendre pour faire un test de vitesse maximum, a n'en pas douter la barre des 300 km/h doit prendre une claque, mais là on avait pas le temps de prendre la quatre voies.(j’vous avait prévenu au début).
Bon j'vous laisse faut que j'aille mettre un cierge à St Nicolas parce que j'ai pas mal de péchés à me faire pardonner
Bonne journée à toutes et à tous
Escargotland me voilà...

Suzuki 1000 GSXR 2003

Publicité

Publicité
 

Avatar de l’utilisateur
werner
Expert confirmé
Expert confirmé
Messages : 3978
Inscription : 02 mai 2007, 00:22
Localisation : Blédard - Algérie

Re: Suzuki 1000 GSXR 2003 -Essai datant de 2003-

Message par werner » 26 sept. 2017, 23:59

Jenveu une ...
Une à essayer pendant qques jours, quand les gendarmes sont couchés ...
J'aimerai bien voir comment ça pousse et tient le parquet une vraie un sportive récente.
Tu nous le décris trés bien mais l'adrénaline ne se transmet pas par la lecture...

Sinon, oui, je connais plein de personnes éxcédées par les exces de vitesse, ils sont habillés en bleu et trainent le long des lignes droites avec un cinémométre (non, c'est pas un truc pour mesurer les clébards)

Signé Werner, truffe qui n'a pas d'amis en sportive
ImageImage

Avatar de l’utilisateur
jhub
Membre expérimenté
Membre expérimenté
Messages : 737
Inscription : 27 janv. 2015, 22:42
Localisation : 72 / 37 et 56

Re: Suzuki 1000 GSXR 2003

Message par jhub » 27 sept. 2017, 07:35

Je retrouve bien les sensations de mon 750 k0 à la lecture de ton CR [wink]

Le couple en moins, certainement mais le moteur prend des tours à n'en plus finir (14000) et ne rend "que" 20ch à son grand frère [inlove]

Avec 1m75, je confirme la largeur du réservoir qui oblige à écarter les jambes mais pas de souci pour les caser correctement.

La bulle d'origine mérite quand même une petite rallonge mais ça, je vais encore me faire lyncher [roflmao]

Louloup
Expert confirmé
Expert confirmé
Messages : 3076
Inscription : 09 juil. 2009, 14:11

Re: Suzuki 1000 GSXR 2003

Message par Louloup » 27 sept. 2017, 22:43

J'ai lu ;
apprécié l'article ; mais j'ai toujours refusé d'essayer ce genre de machine ; je me connais trop ...

Avatar de l’utilisateur
jimail
Newbie
Newbie
Messages : 36
Inscription : 21 avr. 2017, 11:22
Localisation : Ile de la Réunion

Re: Suzuki 1000 GSXR 2003

Message par jimail » 28 sept. 2017, 09:30

J'ai tout lu aussi !! Très bon récit, quelle sensation ça met les frissons.

bandit1228
Newbie
Newbie
Messages : 45
Inscription : 23 juil. 2017, 18:57

Re: Suzuki 1000 GSXR 2003

Message par bandit1228 » 28 sept. 2017, 11:23

Très bien, un vrai journaliste [wink] [wink] Perso j'avais essayé le 1000 K5 de mon neveu, ca ma filé la frousse ce machin [cry] ca pousse tous le temps, ca lève , pas raisonnable pour moi sur route ouverte...mais putain que c'est bon [thumbsup]

Avatar de l’utilisateur
mike750
Membre éprouvé
Membre éprouvé
Messages : 524
Inscription : 16 juil. 2015, 23:38
Localisation : Loire nord proche de Roanne

Re: Suzuki 1000 GSXR 2003

Message par mike750 » 28 sept. 2017, 12:28

Déjà essayé aussi, bien d'accord avec toi sauf pour le freinage....qui n'est pas du tout à la hauteur des performances de l'engin [cry]
Plus de prévention permettrait moins de répression

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité